On a testé pour vous… Les pétillants de Saint-Pourçain

Choses écrites choses dues, retrouvez la dégustation commentée des 9 pétillants de St Pourçain, dans un débat argumenté et récréatif, mené par Jeanne notre responsable commerciale et la vigneronne et présidente de la Fédération des vignerons indépendants de St Pourçain, Corinne Laurent.

Les conseils de dégustation de Corinne Laurent

Pensez à garder les vins aromatisés, obtenus par macération ou ajout de sirop, en fin de dégustation ou en dessert, pour ne pas charger vos papilles en sucre. Les blancs de blanc sont plus sur la fraîcheur, c’est idéal pour un apéritif. Les méthodes ancestrales sont souvent eux plus légers en alcool, fruités et très aromatiques,  et donc à savourer en apéro ou avec un dessert.

La sélection Blanc de Blanc, en méthode traditionnelle

Notes de l’experte

Un Blanc de blanc est fait avec du raisin blanc, contrairement à beaucoup de Champagnes, réalisés avec des raisins noirs à jus blanc, qu’on ne fait pas macérer pour n’extraire que la couleur blanche.

Jeanne : « J’y vais mais je suis pas sûre de réussir à synchroniser tous mes mouvements pour bien déguster et recracher. »

Blanc de Blanc – Domaine Gallas

Jeanne : « Il y a beaucoup plus de bulles que tout à l’heure, elle est très fine et a plus de persistance. (Mouvement d’aspiration d’air digne d’une pro). Il est plus doux ! »

Corinne : « Ce que tu veux dire, je pense c’est qu’il est moins sec même si c’est un brut. Il semble avoir un peu plus de sucrosité. On est sur un goût évolué, c’est à dire plus vieux et plus vineux et moins fruité. C’est un terme d’évolution de la maturité du vin, qui veut dire que ce n’est plus un ado. »

Jeanne : « Je sais qu’il faut recracher, mais j’en bois quand même une goutte. J’aime bien c’est passe-partout et très sympa. »

Ray de bulles – Domaine Ray

Jeanne :  « Je vois les bulles monter dans ton verre mais pas dans le mien. »

Corinne : « Ce qui va faire la bulle c’est le qualité du verre, là le tien semble trop lisse. Si tu as des particules de poussières ça fera aussi plus de bulles. »

Jeanne : « Il faut donc un verre sale pour avoir des bulles… ok (rires). »

Corinne : « Il y a du sucre résiduel, car pour moi le vin est plus jeune que celui qui a servi sur le Gallas. »

Jeanne : « Il a un côté plus vif, presque plus agressif. »

Corinne : « Oui mais compensé par la sucrosité et un dosage en sucre qui ressemble à un demi-sec plus sucré. »

La sélection Mousseux rosé, en méthode traditionnelle

31 – Domaine Laurent

Jeanne : « Là ça mousse, y’a de la bulle mais elle est très fine ! On rajoute quoi pour que ce soit rosé madame la vigneronne ? »

Corinne : « A la base de ces mousseux, on élabore d’abord un vrai vin rosé. Ici à Saint-Pourçain, c’est souvent avec du gamay, puis on réalise une méthode traditionnelle de fermentation. »

Jeanne : « Celui-ci est très doux, mais il laisse un goût de fin que je ne sais pas définir. »

Corinne : « Un petit goût de fraise, comme un bonbon presque… »

Jeanne : « Ah c’est pour ça que je reconnais pas, je n’en mange pas… Et sinon, comment ça se fait que quand on ouvre des fois le champagne se barre et pas d’autres fois ? »

Corinne : « Ça dépend de la température. S’il manque de fraîcheur il aura tendance à partir plus. Ça dépend aussi de s’il a eu le temps de se reposer. Le bouchon plus il est vieux, plus il va se resserrer. »

La rosée de Chassignolles – Domaine Gardien

Jeanne : « Là c’est bien mousseux et la mousse reste. C’est plus doux et plus fruité que le précédent. »

Corinne : « On sent une toute petite bulle sur la langue ce qui est plus agréable. Les arômes sont plus frais, pour un vin moins évolué et donc moins vieux. »

La sélection Méthodes Ancestrales

Notes de l’experte

Avec ces méthodes ancestrales, on est souvent plus léger en alcool, avec quelque chose plus sur le fruit et très aromatique. La plus connue des méthodes ancestrales est sans doute la clairette de Die sur un cépage muscat.

Jeanne : « On aurait vraiment dû emmener le sauc’ et camembert, pour aller avec la dégustation. »

Corinne : « Bonne intervention Jeanne, qui me permet de faire une aparté sur l’alliance vin/fromage. Souvent on cantonne, le rouge avec les fromages forts en goût, mais ce n’est pas obligé. Les fromages goûteux sont puissants et souvent ça casse le vin rouge même sur un vin très fin. Au contraire, un blanc est souvent plus gras alors ça vient englober le caractère du fromage. Un vin blanc un peu puissant sur un fromage goûteux ça marche très bien ! »

Perle rare – Domaine Nebout

Jeanne : « La couleur est surprenante, on dirait qu’elle tombe comme un sirop, sans aucune mousse. Alors ça c’est fruité et pas fort, ça passe tout seul. Je pense qu’il ne faut pas tomber dedans, sinon tu bois 3 bouteilles sans t’en rendre compte et tu peux plus te relever. »

Corinne : « Oui comme un jus de raisin, issu du gamay probablement. On est sur quelque chose de plus léger à 7% d’alcool, car la fermentation est bloquée par la mise en bouteille. C’est le côté facile à l’apéro ou sur un dessert car il y a plein de fruits. »

Jeanne : « Avec un chèvre ça doit être bon non ? »

Corinne : « Oui pour le chèvre bien vu, car c’est un fromage qui s’accorde bien avec les saveurs fruitées ! Donc parfait avec un vin sur le fruit, ni trop sec ni trop doux. »

Les Terres d’Ocre, Brut clin d’œil – Domaine Nesson-Barichard

Corinne : « Voici un domaine qui vinifie depuis quelques années seulement, après avoir travaillé en cave coopérative. Le jeune vigneron a travaillé en Val de Loire et notamment à Vouvray, ce qui explique la méthode ancestrale. »

Jeanne : « Il n’y a pas beaucoup de mousse, mais juste en regardant ça m’a l’air fort. A la dégustation c’est en effet plus vif et brut, presque amer. Ça reste sur la langue. »

Corinne : « Tu as raison on est sur une bulle très fine et un goût moins sucré, à recommander aux amateurs de vins plus secs, qui sont parfaits en apéritif. »

Intervention de notre très attentive photographe Victoria : « Ce sont mes yeux où la fumée d’ouverture est plus blanche parfois ? »

Corinne : « Oui, ça dépend du gaz et de la pression »

(Merci Victoria)

La sélection Boissons aromatisées

Frayse des bois – Domaine Ray

Corinne : « On est sur une base de vin mousseux rosée et de sirop de fraise des bois. »

Jeanne : « C’est bien blanc et bien mousseux. Ça sent bon le sirop de fraise liquoreux. En bouche ce n’est pas très pétillant, on a l’impression de boire un sirop de fraise »

Corinne : « On est sur la fraise bonbon mais le vin n’est pas trop sucré. La bulle est si fine qu’elle n’est en effet pas dominante, mais attention c’est un vrai vin à 12,5% d’alcool. Je vous conseille de ne pas commencer l’apéro avec quelque chose de sucré comme ça, car ça peut “empâter” le palais. Gardez ces vins pour le dessert. »

NDLR : Jeanne a nettement amélioré sa technique de crachage.

Bulles des champs, mousseux au sirop de coquelicot – Domaine de Bellevue

Corinne : « C’est un mousseux très jeune au sirop de coquelicot. Il a une bulle fine très qualitative et pas agressive du tout. La recette a semble-t-il été retravaillée. »

Jeanne : « Je connaissais déjà et ça semble moins sucré. Ça se boit tout seul et c’est plus digeste. »

Photo © Victoria PULIDO – Tous droits réservés.